Symptôme et subjectivité

Vient de paraître un ouvrage collectif auquel j’ai contribué, réunissant psychologues, psychiatres, psychanalystes, philosophes et épistémologues sous la direction de Marion Bourbon et Jean-Pierre Cléro : Symptôme et subjectivité, Coll. Psychopathologie fondamentale, MJW Fédition, Paris.

L’ouvrage est ainsi présenté en 4ème de couverture (extrait) :

À bien des égards, la pratique médicale commence par et dans la mise en crise de ce sujet parfaitement autonome dont elle ne cesse pour autant de requérir en même temps, et peut-être plus que jamais, le consentement libre et éclairé. En lieu et place de ce sujet introuvable se présent plutôt une subjectivité souffrant d’un ou plusieurs symptômes, et qui par là-même s’en trouve affectée. Au cœur du paradoxe de cette subjectivité-patiente se trouve ainsi le symptôme, ce fait clinique qui est l’objet premier de l’attention médicale puisque toute étiologie part d lui, mais qui n’en demeure pas moins un vécu irréductiblement subjectif. Par lui, quelque chose de la subjectivité du patient se donne à entendre, a fortiori dans les cliniques psychiatrique et psychanalytique. Cet ouvrage collectif se propose d’interroger le statut paradoxal du symptôme en le réinscrivant d’emblée dans cette ambivalence par laquelle s’y nouent pour le meilleur et pour le pire la nécessité subjective et la nécessité médicale.  

Ma contribution propose de revenir sur le débat antique sur la conception des signes qui opposa épicuriens et stoïciens, telle que la rapporte Sextus Empiricus. Les premiers insistent sur le signe visible là où les seconds privilégient le caractère signifiant du signe. Ce retour aux Anciens permet au présent de repenser la nature du moment interprétatif du diagnostic, sans lequel il ne saurait pas y avoir de clinique.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.