De la traduction des poètes grecs

Je relisais un recueil de textes écrits par A. J. Festugière, grand helléniste et spécialiste de la tradition hermétique et des mystiques païennes notamment. Publié en 1950 sous le titre L’Enfant d’Agrigente, le recueil comprend un chapitre consacré à la traduction de la poésie grecque.

Les dernières pages se livrent à une défense des études classiques et de l’apprentissage de la lecture des auteurs de notre antiquité. La démonstration assume une posture résolument aristocratique. Nous dirions “élitiste” aujourd’hui. Mais le qualificatif d’aristocratique sonne plus juste. Ces pages pourront sembler d’un autre temps. Mais il apparaît que la dernière phrase résonne comme un avertissement aujourd’hui plus que jamais.

Il m’est agréable d’offrir ces pages à la lecture : Festugière


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.