Discipline classique…

Dans la passionnante monographie de Michael LUCKEN, Nakai Masakazu. Naissance de la théorie critique au Japon, Les Presses du Réel, Dijon, 2015, je trouve à la page 222 la déclaration suivante, qui résume la vertu essentielle des études classiques :

“Lorsque l’apprentissage, l’étude, la traduction sont pensés comme un cheminement, comme une ouverture vers le non-connu — et non comme l’acquisition d’un corpus donné qui soumet d’avantage qu’il ne permet de progresser —, ces activités patientes et mimétiques permettent à l’individu, comme à la collectivité, d’aller plus loin et mieux. Copier, apprendre ou encore réciter sont des fonctions essentielles sans lesquelles les peuples n’ont accès ni à ce qui les asservit, ni à ce qui leur est étranger, ce qui réduit leur possibilité de sortir de la sphère du connu et d’ouvrir des voies nouvelles.”

Deux phrases à soumettre à la réflexion de mes étudiants.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search