Discipline classique…

Dans la passionnante monographie de Michael LUCKEN, Nakai Masakazu. Naissance de la théorie critique au Japon, Les Presses du Réel, Dijon, 2015, je trouve à la page 222 la déclaration suivante, qui résume la vertu essentielle des études classiques :

“Lorsque l’apprentissage, l’étude, la traduction sont pensés comme un cheminement, comme une ouverture vers le non-connu — et non comme l’acquisition d’un corpus donné qui soumet d’avantage qu’il ne permet de progresser —, ces activités patientes et mimétiques permettent à l’individu, comme à la collectivité, d’aller plus loin et mieux. Copier, apprendre ou encore réciter sont des fonctions essentielles sans lesquelles les peuples n’ont accès ni à ce qui les asservit, ni à ce qui leur est étranger, ce qui réduit leur possibilité de sortir de la sphère du connu et d’ouvrir des voies nouvelles.”

Deux phrases à soumettre à la réflexion de mes étudiants.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search